Home > Hip-Hop > RAPSODY

Conversation and Chill avec Rapsody. La rappeuse était à Paris pour un concert à la Bellevilloise accompagnée du producteur 9th Wonder et du rappeur GQ (nouvelle signature du label Jamla). Sur scène, elle se proclame Rapsody The Beast (la bête). Elle enchaîne les morceaux, rend hommage au Hip-Hop, échange avec le public, invite les femmes à la rejoindre sur scène sur Sassy :

Elle se laisse courtiser et charme sur A RollerCoaster Jam Called Love … Plus d’une heure et quart de Show où Rapsody est en confiance avec le public parisien. Rapsody est un mélange de force et de grande classe, c’est assez impressionnant à regarder. Elle recoit avec un grand sourire, dégage beauté et douceur. Du charisme et du talent, une artiste parfaite pour Da Water.

Forte de tous les retours positifs et des très bonnes critiques sur son album Laila’s Wisdom, Rapsody fait son retour en Europe après 2, 3 ans d’absence avec l’excitation de retrouver à nouveau son public.

« On a été nominé aux Grammys, après mon 2e jour de tournée aux USA, mais je ne savais pas à quoi m’attendre en Europe. Sur la partie Américaine, il y avait des concerts complets, le public qui chantait Nobody, les moments où je pouvais tendre le mic et les gens chantaient à ma place. Alors, qu’est-ce que cela allait donner en Europe ? « Est-ce que les retours seront les mêmes, est-ce que cela sera différent ? J’ai fait mon entrée dans cette tournée en étant humble (rires), avec l’envie de faire un show qui déchire et même si ce n’est qu’une personne, avec l’envie qu’elle reparte en étant inspirée. » 

Il était impossible de ne rien ressentir à la fin de ce concert. Les gens étaient amoureux et en admiration. Elle semblait même ne plus vouloir quitter la scène annonçant qu’elle ferait des photos avec tous. Rapsody est à l’aise sur scène et son succès est mérité. Ce nouvel album est aussi le fruit de nombreux sacrifices et l’aboutissement de 8 années de travail, alors qu’est-ce que cela fait de recevoir et de sentir les fleurs aujourd’hui ?

« C’est dur de mettre des mots dessus, honnêtement. Quand je suis posée avec mon équipe, je sens qu’aujourd’hui les choses sont différentes mais d’une manière positive. Je ne sais pas toujours comment le gérer car je suis le genre de personne qui remercie toujours tout le monde et là… Tu reçois tout cet amour (rires) et tu ne sais même pas comment réceptionner tout ça (rires) Mais c’est un sentiment de satisfaction car tu bosses tellement dur pour cela. Tu travailles, il y a eu des larmes versées, de la frustration et ce sont les moments comme ça qui te font apprécier ces retours. Quand tu reçois toutes ces accolades, ces félicitations et cet amour, tu ne le prends pas pour acquis. Tu sais combien tu as dû travailler dur pour l’avoir. Ça rend le tout beaucoup plus agréable. Même avec les Grammys et le fait de pas avoir gagné, pour moi j’ai quand même gagné. C’est un accomplissement, c’est dur de l’expliquer avec des mots et c’est dingue de réaliser que ce n’est que le début. Tu travailles 8 ans pour juste arriver au début, c’est incroyable. »

Nous fans de Hip-Hop, ne voyons souvent qu’une partie de l’iceberg. Derrière les nombreuses collaborations et le succès se cache une incroyable force de travail. Comment Rapsody fait-elle ?

« C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Je me rappelle l’un des premiers trucs que m’a dit 9th c’était « Ce que tu veux faire de ta vie, tu dois en faire ta vie » Tu dois te réveiller en le faisant, tu dois aller au lit en le faisant et ça été beaucoup de sacrifices. Ne pas passer du temps avec mes amis, ne pas sortir… Une année j’ai manqué les 100 ans de ma grande tante car j’étais tellement impliquée dans ma musique. Je me disais: elle va comprendre elle est là depuis 100 ans (rires). Elle sait ce que cela signifie (rires). J’ai dormi en studio, passé des jours sans manger. Pendant que tous tes amis qui ont du succès dans leur carrière s’achètent des nouvelles voitures et toi tu es en studio en train de partager un Happy Meal (rires). C’est faire des sacrifices et croire en soi et s’instruire aussi. Étudier le métier. Même quand tu pratiques le rap, tu dois te poser la question: Que suis-je en train de faire ? Comment est-ce que je peux me perfectionner ? 9th me donnait des devoirs et me disait : étudie le mouvement, étudie la cadence. Avant j’écrivais juste histoire de dire j’écris, mais quand j’ai compris l’art d’être un MC, ce que cela voulait dire, j’ai eu envie de perfectionner tout ça. Je me suis autorisée à être coachée. Beaucoup d’artistes pensent déjà tout savoir mais on m’a toujours dit de savoir écouter plus que je ne parle et toutes ces choses m’ont aidé à être là où je suis aujourd’hui. »

Pour cet album Laila’s Wisdom, elle a collaboré avec une Dream Team. Terrace Martin, Khrysis, 9th Wonder, Young Guru et son succès est aussi le résultat de beaucoup d’écoute et de passion avec tous ces artistes. Il y a forcément un moment où tu as pensé que tu était en train de créer quelque chose de très important pour le Hip-Hop non ?

 » Ce genre de sentiment m’est apparu à certains moments. Maintenant que tu écoutes Laila’s Wisdom et que tout est fini c’est drôle d’y penser mais lors de la création de cet album, tu as le sentiment de déjà savoir ce que cela va devenir à travers des morceaux :

« BLACK & UGLY »

« Je pense que je n ‘ai jamais été aussi honnête sur un titre. Je savais que beaucoup de gens allaient réussir à se connecter à ce sentiment (d’infériorité, de doute …) m’étant retrouvée dans ce genre de situation, je savais que cela arrivait à d’autres personnes. »

« NOBODY » ce titre a fait beaucoup d’effet. On l’a réécouté tellement de fois en studio. Quand Anderson Paak a terminé le refrain sur ce titre c’était la dernière chose qu’il manquait à ce morceau. J’avais les couplets, mais il me manquait le refrain. Il l’a terminé et le morceau est devenu une pensée complète. »

« POWER » …

« La sensation que l’album allait être important, je l’ai plus eu à travers des chansons (en les écoutant dans leur intégralité), qu’à travers un sentiment. Je suis en studio tous les jours alors chaque beat me fait ressentir quelque chose, du style « ce titre va être une tuerie » ou « celui ci va mettre les gens à genoux », mais c’est au delà du beat, cela va bien plus loin que ça. Si les gens pouvaient être en studio avec cette team, comme c’est mon cas, entre deux portes et entendre ce qu’ils font et savoir qu’il y a des beats qui ne sont pas sélectionnés par les artistes… Je me dis wowww c’est dingue alors les instrus, c’est la partie la plus simple. Comment est-ce que l’on peut amener ces instrus quelque part ? Qu’est ce que je peux ajouter dessus pour créer une expérience intégrale pour quelqu’un, une histoire … C’est la création de ces moments qui font que je me suis dit que cet album allait être important. »

Rapsody reçoit des fleurs et elle donne beaucoup à penser et à réfléchir. L’impact qu’a son album sur les gens est indéniable alors d’où puise-t-elle sa force ? Réponse dans la part 2 🙂

À suivre …

STAY HYDRATED

 

http://www.iamrapsody.com

@rapsody

 

You may also like
RAPSODY Part 2
ADD-2 : Losing me

Leave a Reply