Home > R&B/Soul > JP MANO (PART 1)

Ce n’est pas tous les jours que l’on interview un homme qui nous fait réfléchir sur notre passion. JP MANO fait partie des grands hommes du Hip-Hop en France. Ce post sera divisé en deux parties parce qu’il est important de prendre son temps pour comprendre toute sa grandeur 🙂 le tout avec des liens sur ses albums favoris en bleu. Jean-Philippe Mano, JP MANO pour ceux qui le côtoient est DJ. Cette discipline c’est le prolongement de lui-même. Sa passion est née grâce à sa mère qui avait une très belle voix, et dès l’âge de 8ans il s’est mis à la comparer à celles des autres femmes.

MARVIN GAYE

La musique pour lui, c’est une évidence. C’est un amour pour le Jazz, le classique, la Pop, la Soul…Une musique qui a une résonance sociale car il a grandi à la grande époque d’Europe 1, Radio Monte Carlo. C’est son meilleur ami qui l’a initié à l’art du DJing. « Au départ c’était une écoute personnelle. Je n’avais jamais pensé qu’on pouvait faire rire, pleurer les gens avec la musique. Voir quelqu’un donner des émotions aux gens avec la musique a changé sa vie. Son background est bien rempli : Ouverture de la 1ère boutique de disques Afro-Américaine dans les années 85 à Gare de Lyon, puis les Halles (sound records) sa boutique de cds dans les années 95/96 et la boutique Vibe Station à Bastille (House, Soul, Hip-Hop, Funk). Son envie : Permettre aux gens d’étendre leur culture. Il passe des heures à commander des disques pour donner du plaisir aux gens et devient actif et acteur de la diffusion du son.

« Faire bénéficier les gens de ma culture, pour forger la leur. C’est une motivation au delà de la musique. Quand le média est un être humain, cela permet de donner de l’épaisseur ». Il devient naturellement un connecteur. Il y a une forme d’activisme dans tout cela. » C’est une passion et pas une mode. C’est donner et mettre en lumière le meilleur ce qui nous représente. Nous sommes une communauté sous représentée dans le sens où nous n’avons pas le contrôle sur ce que l’on montre de nous. Il y a des gens comme Hocus Pocus, Kohndo qui sont porteurs d’une histoire et qui apportent véritablement des choses. À force de ne plus maîtriser la culture, on perd la notion des faits. Des artistes comme 2Pac, Beyoncé, Rihanna… sont porteurs d’un message au-delà de l’image et l’apparence et on ne veut pas le reconnaitre. » Leurs influences n’en parlons pas… (rires).

COMMON – LIKE WATER FOR CHOCOLATE

JP MANO est aussi un passionné d’histoire. Étant le seul noir à l’école, il a bien évidemment subi les remarques et le manque d’informations, la musique devient pour lui un apport de connaissance ultime. « Les disques ont reconstitué mon histoire, les crédits dans les albums: untel a bossé avec untel. Tel artiste qui traite de ce sujet, cela a permis de remettre les choses dans leur contexte. Il n’y a pas de référence pour relater notre histoire. À travers les disques et les bouquins on peut se faire une idée de ce qu’il s’est passé. » Ex:

Si l’on retourne un peu en arrière, il y a de nombreux artistes passés sous silence. « Chevalier de St George artiste noir qui à l’époque de Napoléon était jalousé par Mozart. Robert Johnson qui malgré une courte carrière est considéré par Eric Clapton comme le plus grand chanteur de blues. Georges Clinton, Henry Salvador l’inventeur de la Bossa Nova qui a travaillé auprès de Quincy Jones. On ne sait pas tout et il est temps de remettre un peu d’ordre, de redonner les lettres de noblesse à notre culture. Je raconte ma vie de musique à travers mes connaissances. »

Au-delà de s’instruire et comprendre notre écoute de la musique, le travail que fait JP MANO permet de prendre du recul. « Il faut accepter une oeuvre dans son intégralité, on ne prend plus le temps d’écouter et de comprendre la musique qui nous est donné à consommer. Il faut avoir envie d’écouter un album. Avant, cette démarche était presque une action de sens :

« Nous avons un devoir de responsabilité. Le soutien envers notre musique, notre communauté notre culture. »

« Il ne nous viendrait pas à l’esprit d’acheter une paire de Nike et la prêter à notre ami une semaine pour qu’il puisse l’essayer afin de choisir ou non s’il en veut une. Payer, permet de donner de la valeur et nous donne le moyen d’être juge. L’autre peut prendre en compte mon avis, car la démarche vient d’une personne qui a fait une action. Je crois qu’aujourd’hui, il faut être initié pour savoir ce qui est bon ou non. Il y a beaucoup d’informations et de désinformation. Il faut regrouper tout ça. Savoir quel code cela renvoie sur notre communauté. Pourquoi est-ce qu’ils ont utilisé telle ou telle chose ?

« Il faut une vie pour comprendre un album. »

(La suite, part 2 très vite)

STAY HYDRATED

https://www.facebook.com/djjpmano/

http://soulplacejp.blogspot.fr

https://twitter.com/DjjpMano

Leave a Reply