Home > Dope men > JEFF JACKSON

Découvrez JEFF JACKSON, la Crème de la Crème. On parle des producteurs, des chanteurs et si on parlait des ingénieurs ? Le studio, là où les hommes de l’ombre opèrent. Jeff Jackson, est un ingénieur du son mixeur.  En studio, il y a donc l’enregistrement de la voix de l’artiste d’un côté, les instruments de l’autre et Jeff lui s’occupe du mixage et s’assure que le mélange des deux sonne bien et que le titre soit cohérent, mais il gère aussi le mastering. Jeff, c’est du son, du savoir et le respect de la musique. Il découvre à l’âge de 7 ans, deux sons qui vont chambouler son existence : « USHER- NICE & SLOW » : 

et Bone Thugs & Harmony –  « Crossroads » :

« J’ai toujours été mon propre ingénieur, j’ai commencé en étant moi-même artiste, j’ai toujours eu une fascination pour l’enregistrement ». Jeff, a eu les cours et les expériences professionnelles. » L’école est importante, mais l’expérience et les stages sont plus raisonnables car ils donnent un savoir que tu ne peux pas apprendre à l’école. » Ce qu’il a appris en studio au-delà du métier, c’est le professionnalisme. On pourrait croire qu’il y a une frustration, car on donne toujours du crédit aux producteurs et aux chanteurs, mais l’important pour lui, c’est de bien faire son job et d’être crédité.

Mixé par Jeff 🙂 :

« Savoir quand parler, savoir quand se taire,sentir la pièce, savoir quelle position adopter…Ça été la plus grande révélation que j’ai eu. Être en retrait, cela ne me dérange pas et cela fait partie du métier. Le focus est toujours sur l’artiste. Je joue mon rôle pour faire ma promo, mais je n’ai pas envie d’être dans la lumière. Ce n’est pas pour ça que j’ai choisi cette voie. J’aime toujours la musique et je veux aider les gens qui sont dans la lumière. »

Jeff Jackson a été assistant ingénieur sur le titre WORK de Rihanna … Pas mal, non ? À 27 ans, Il est avant tout un fan de musique qui n’impose pas une seule vision de ce que le son doit être. Il n’en demeure pas qu’il y a des morceaux et des albums qui sont pour lui une réussite au niveau du mix : Michael Jackson Thriller, « Un bon mix se retranscrit à travers n’importe quelles enceintes, il n’y a pas de date de fin. Cet album a un ingénieur parfait. » Pink Floyd – The Darskide Of The Moon « beaucoup de choses expérimentales et futuristiques sur cet album » mais aussi BRUNO MARS , NO LIMITS… et des albums qui le touchent comme celui de Phonte ! On dit de lui qu’il peut emmener un son au niveau supérieur… Mais ça veut dire quoi ? « C’est important de savoir comment était la chanson avant. Quand un artiste enregistre, il essaye de poser une idée. Je prends toutes les idées, la voix, la musique et je les mélange ensemble. J’essaye de me concentrer sur les choses que j’aime vraiment sur la chanson et j’essaye de mettre l’accent dessus. Quand j’entends une chanson, je pense à sa largeur et sa dimension. C’est dur à produire surtout quand le son sort uniquement de deux enceintes, alors j’essaye de lui donner trois dimensions. C’est mon approche pour toutes les chansons sur lesquelles je travaille, de mettre l’accent sur la largeur, la profondeur et la vibe générale du morceau. J’ajoute ma touche sur les 50% déjà présent et je rajoute les 50%. »

EP masterisé par Jeff :

On dit aussi de lui qu’il sait faire attention aux détails, mais qu’est ce que ça veut dire ?

« Tu as la voix et dans la voix il y a des fréquences qui peuvent sonner trop aigues, alors je fais vraiment attention à la voix et rester fidèle à la voix. Tu veux donner cette impression que l’artiste est juste là avec toi, dans son état naturel. Quand une voix sonne trop m’offery m’offert, ce n’est pas naturel. Je fais attention au mélange vocal, aux harmonies, aux voix qui sont en fond. C’est important d’avoir un bon mélange. Tu ne veux pas que les harmonies soient trop aigues ou trop graves. Beaucoup pensent que l’artiste enregistre un morceau et il sort comme ça et ça sonne à la perfection et ce n’est jamais ça (rires) D’ailleurs je pensais que c’était le cas quand j’étais plus jeune. » (rires)

Il faut souvent dix versions avant qu’un artiste donne son approbation, parfois deux parfois entre les deux. On envoie le son à Jeff pour qu’il le mixe, il le renvoie une fois son travail effectué et à partir de là ils collaborent. L’artiste lui envoie des notes, tout un travail jusqu’à temps que l’artiste soit totalement satisfait et c’est ce qu’il apprécie, car il a toujours envie de tirer le morceau vers le haut. Il y a des éléments que l’on n’entend pas une fois que la chanson est mixée, du coup il y a toujours du travail et de l’échange.

Mixé par Jeff :

Comment est-ce que tu fais pour préserver tes oreilles et ton esprit ?

« C’est important de faire des break auditifs. Quand je travaille, je suis toujours 13h voire 15h en studio et aussi ne pas avoir trop la tête dans le morceau sur lequel on travaille. Ecouter les autres morceaux qui sortent, car tu as toujours envie de rester d’actualité, de ne pas être dans sa bulle sans entendre la musique qui est à la mode en ce moment, aller à des concerts, être un fan de musique, écouter la musique des autres. Pouvoir demander conseil, je suis constamment en train d’apprendre, je n’ai jamais le sentiment de tous savoir sur l’art de mixer. Il m’arrive souvent de demander à des amis collègues « Qu’est-ce que tu utilises pour ci ou ça, quels plugins tu me recommandes ? C’est comme la pratique, tu deviens bon avec le temps. Chaque chanson est l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau. »

Masterisé par Jeff :

Nouveaux artistes ou artistes confirmés ?

« J’aime l’idée d’y arriver à deux et de développer ensemble et de voir et faire partie de ce parcours. Il y a des différences entre les nouveaux artistes et les artistes confirmés. Les nouveaux artistes expérimentent plus, ils sont moins concernés par l’idée de faire dans la continuité du hit (volonté de faire mieux que l’autre morceau) qu’ils ont eu. Un jeune artiste n’aura pas forcément un ingénieur dédié qui fera attention à ce que tout soit bien enregistré et qui fera attention à ce que j’ai tous les éléments dont j’ai besoin pour faire mon travail. Les artistes confirmés eux travaillent avec une équipe qui aura tendance à envoyer tous les fichiers. Les nouveaux ont moins de limites et sont prêts à tout essayer. C’est cool de bosser avec les deux. »

Il écoute de tout, il comprend les règles des genres de musique, mais il challenge aussi les artistes en les poussant à donner le meilleur d’eux-mêmes. Ce travail requiert beaucoup de choses :

« De la patience, une bonne attitude, de l’altruisme, savoir que ce n’est pas toi le plus important. Mon métier, c’est un service et c’est ce que tu apportes, avoir une bonne oreille. Tu dois être musical pour être un ingénieur et jamais trop technique. Un bon mélange des deux. Il y a des choses qui techniquement ne sont pas bonnes mais sonnent bien, tu dois savoir faire la différence entre les deux ».

Mixé par Jeff :

Que représente le studio pour toi ?

« Le studio c’est ma vie, j’ai toujours été au côté de la musique, à côté des studios.C’est mon endroit pour échapper à la vie de tous les jours et j’ai de la chance de pouvoir en vivre et ne de pas faire un boulot que je déteste, ça représente tout pour moi ».

Son expertise et son savoir-faire, il le met aussi au service de l’artiste: Sulyiman. Ils travaillent ensemble, se conseillent et il donne son avis sur telle ou telle performance. Son projet ? C’est « PARKR », un label indépendant qu’il va ouvrir et son envie ? Prendre les artistes avec qui il a travaillé, ceux qui n’ont pas les ressources et être l’intermédiaire pour les faire passer au niveau au-dessus. Il a des artistes avec qui il a collaboré qu’il voit très bien remplir des stades et il veut les propulser vers le haut ! Je vous l’avais dit … CREME DE LA CREME ! Gooo Jeff 🙂

https://www.jeffjacksonmix.com

@JEFFJACKSON

Leave a Reply