Home > R&B/Soul > Cody ChesnuTT part 2

On connait le Cody ChesnuTT percutant et envoutant sur The Seed, beaucoup de gens continuent de lui demander de chanter ce morceau, mais il ne le souhaite plus… Penchez-vous sur les paroles et il est très facile de comprendre pourquoi. Cody évolue musicalement mais aussi personnellement. Plus qu’une piste sonore, sa musique est aussi à l’image de sa quête spirituelle.

« Je suis au courant du pouvoir de ma musique et c’est pour ça que j’ai choisi de prendre cette direction artistique aujourd’hui. Ce que j’ai réalisé et ce que j’essaye de transmettre aux gens qui ont une plateforme, même toi avec DA WATER, c’est le pouvoir que tu as de transmettre des idées, du contenu, quelque soit ta plateforme. La musique elle te trouve là où tu vies, elle te forme et construit l’imagination de ceux qui l’écoutent surtout avec les enfants. C’est après le 1er album, que j’ai réalisé cela et que j’ai atteint ce niveau de conscience. Je ne l’oublierai jamais, j’ai eu deux expériences marquantes qui m’ont mis sur le chemin de la responsabilité et que je considère comme un appel de Dieu. La première: Je marchais à Brooklyn un jour, mon 1er album venait de sortir, les gens en parlaient. Sortie de nulle part une soeur m’a approché et elle m’a dit «J’adore ce que tu fais, j’aime ta musique, mais tu nous appelles des Salo… Tu es un artiste, il a bien plus à dire que ça dans ta musique.»

« Je n’oublierais jamais l’amour qu’elle m’a donné. J’ai considéré ça comme un vrai cadeau de Dieu, pour me mettre sur le droit chemin et repenser au contenu que je propose. Puis en France quelques mois plus tard, un journaliste m’a demandé si j’étais au courant du pouvoir de ma musique et de la responsabilité de ma musique avec un tel talent. Lors d’un show j’ai vu les gens chanter chacun de mes mots et je me suis dit: «Ok ce n’est pas quelque chose avec lequel je peux jouer.»

Pourtant, tant d’artistes le font et puis qu’est ce qui a fait que l’avis des autres te fait changer le contenu de ta musique ?

« J’ai vu comment mes mots ont affecté cette femme, je commençais aussi à grandir spirituellement et je l’ai pris comme une forme de correction spirituelle. Je me rappelle avoir lu qu’il y a une manière de s’exprimer sans avoir une forme de communication grossière sortant de ta bouche. J’ai commencé à me challenger à chercher une autre manière de communiquer. »

Qu’il s’adresse à une ou plusieurs personnes, Cody s’est rendu compte qu’il n’était pas nécessaire d’utiliser le mot Sa… ou N***A pour s’adresser aux gens. Ce sont d’ailleurs des termes qu’il n’utilise plus depuis des années. On a donc fait une apparté pour discuter de la réappropriation de ce terme à travers des artistes et écrivains Antillais par exemple.

« Pour moi, je n’accepte pas l’argument de réutiliser le mot N***A malgré les grands débats pour se l’approprier. Tu dois regarder les origines, il n’y a pas moyens d’en faire un mot positif. Il a été créer par la haine, pour déshumaniser.Avec la culture tu peux tout prendre et en faire un truc cool. Pour moi, l’énergie derrière ce mot, n’est pas quelque chose que je peux utiliser envers un autre humain pour lui montrer que je l’aime et qu’on est connecté en tant que frère spirituellement ou humainement. »

Qu’est ce qui fait qu’aujourd’hui tu continues de faire de la Soul musique ?

« LA DIGNITE ! C’est important pour moi de faire la musique Soul aujourd’hui pour offrir la dignité que j’ai reçu quand j’ai entendu ce style pour la 1er fois. Dans les années 60,70’s, on parle d’une génération que l’on ne respecterait pas pendant si longtemps, qu’elle était en recherche de dignité dans sa culture. Il y a eu le Jazz certes, mais quand est arrivé la Soul, il y a une révolution. «Nous sommes un nouveau peuple, avec un nouveau look, une nouvelle idée du monde, une nouvelle image » et tout ca est arrivé quand j’étais un enfant. Avec la Motown, Stax, on parle de labels qui étaient dirigés par des entrepreneurs noirs, il avait un sens de la dignité et la communauté.Tout ca, plus la manière dont c’était présenté, je considere ça comme une école de pensée, une institution et je suis devenu un étudiant de ça. Comme tu le sais, quand on apprend à un enfant des choses très jeune, ils s’en rappelle.Cela peut évoluer quand ils deviennent adolescents, mais de ta jeunessse à tes 10 ans, ça reste en toi. C’est ce qui m’est arrivé avec la Soul, c’est resté imprégné en moi. J’ai eu la chance d’avoir l’experience Motown:  Marvin Gaye, Curtis Mayfield, Stevie Wonder… Qui ont pris ça avec eux, ils ont ressenti que c’était un appel de Dieu pour offrir le meilleur à notre communauté. Pour le respect et la dignité, c’est devenu le modele pour moi. Ça m’a collé à la peau. Une fois adulte, j’ai eu à chercher ce sentiment, le comprendre et trouver ma propre expérience, sans copier la leur et penser à ma facon d’offrir cette même dignité qui m’a été donné. »

Amour, foi et spiritualité… Tu en parles souvent, pourquoi sont-ils si importants pour toi? 

« Ces 3 mots, sont la graine de l’expérience humaine. Ils resonnent, ils sont très universels, ils sont les points communs pour partager l’expérience humaine autour d’une table. Le but pour moi c’est de faire des connexions humaines. Ces 3 idées sont aussi naturelles que respirer pour moi. Elles ont toujours été autour de moi toute ma vie, mais en grandissant et en étant plus mature, j’ai eu une meilleure compréhension de ces idées, et j’ai pu commencer à les expérimenter de manière plus profonde dans ma quête personnelle. »

Peux-tu nous en dire plus sur l’art du storytelling, il y a quelque chose d’intemporel dans ta manière d’écrire.

Je me rappelle avoir entendu quelque chose sur Sam Cooke. Je crois que c’est l’un ces pairs qu‘il lui demandait ?«Comment faisait-il pour être aussi prolifique dans son écriture» et il disait qu’il s’assaillait et il écoutait les gens, les conversations et absorbait chaque jour le comportement humain. Ce qui est le noyau de tout ce dont je parle. J’écoute beaucoup les gens,  je suis un grand observateur des phénomènes naturels. Quand j’écoute, je suis uniquement intéressé par les choses qui vont parler au cœur humain pour l’éternité. J’écoute avec cela en tête.Communiquer de la manière la plus pure et comme c’est la base, il n’y a pas de temps définit. Les conversations entre les hommes et les femmes c’est pour toute la vie, le désir d’avoir une famille unie, une communauté en bonne santé c’est pour toujours. L’amour, la spiritualité, la foi… Ces expériences sont des idées éternelles et c’est ce qui m’intérésse. Etre un lien pour des idées éternelles et constructives. »

« Je suis en accord avec ma propre humanité, c’est là dont je pars. Je continue de travailler sur des choses. Je ne suis pas le meilleur tout le temps,je travaille sur mon propre chaos, c’est ce qui me permet d’avoir de l’empathie à un certain degré et de l’optimiste envers les autres, hommes ou femmes. »

« En reconnaissant, le meilleur chez moi, je suis capable de le voir chez l’autre.On sait tous reconnaitre ce qu’est le bon. Même si l’on est distrait ou que l’on déraille a cause des expériences de vie, mais au fond de nous, on sait ce qu’est le bon ».

« Anything can happen when the music is good »… Est-ce que tu peux nous en dire plus sur cette intro?

« Je voulais offrir ce que je considère un mantra, donner le ton avec cette intro. Avoir l’esprit ouvert quand tu commences à écouter cet album, comme une méditation. Pour parler à nouveau de la mission en tant que créateur, je voulais offrir quelque chose à ceux qui créer de la musique, ceux qui sont plus jeunes que moi. Tout peut arriver si la musique est bonne, donc peut importe ce qui t’arrives en ce moment, mettons la bonne vibe dans la musique pour qu’elle soit le catalyseur de quelque chose, une transformation constructive et positive.Commençons avec de bonnes idées, utilisons la musique pour son vrai but, élever spirituellement l’auditeur. »

Est-ce que parler de l’Afrique fait partie d’une quête personnelle sur tes racines ?

« Il y a toujours eu une image négative de la manière dont l’Afrique était montré. Depuis 10,15 ans j’ai pris du temps pour l’étudier et avoir une meilleure compréhension de ce qu’est l’Afrique et son contexte. Il y a des contructions sociales qui ont été créées pour diviser. »

Aux USA, on utilise le terme Afro-Américains, cela représente quelque chose pour toi? 

« Bien sur, dans son essence il y a un lien avec l’Afrique et les USA. c’est indéniable, mais j’ai étudié pour avoir les connaissances de base de l’histoire de l’Afrique. En faisant cela, j’ai compris qu’il y a beaucoup plus que ce qu’on voit dans les médias (conflit, images négatives instabilité). Une de mes amies parle même du concept de « PORNOGRAPHIE DU PAUVRE ». Je voulais en savoir plus sur ce continent, sa contribution à l’humanité. J’ai voulu le partager dans ma musique parce qu’on ne m’a pas donné cette éducation de l’Afrique, comme beaucoup. Je voulais offrir ça pour créer de l’intérêt, pour que les gens aient envie de faire leurs propres recherches. En commençant à voyager, j’ai pu découvrir des entrepreneurs (technologies, arts..) tout est en train de fleurir pour reformer l’Afrique et son image au delà du colonialisme.Toute cette énergie, je l’ai mise dans ma musique comme un outil éducatif .Le son Africa The Future, m’est venu après avoir vu un collectif français détourner les images de LIFE MAGAZINE pour mettre des noirs en couverture (astronaute, chercheur …) J’ai trouvé cette idée très intelligente et cool d’apprendre aux enfants qu’ils peuvent devenir cela et réaliser ce qui est possible pour eux dans leur futur. »

Cody ChesnuTT est au service de la musique pour nous offrir une nouvelle image positive de nous même. Son message est universel et une interview se transforme en échange qui donne envie de faire mieux et d’être à l’écoute des autres ! ll faut écouter  » My Love Divine Degree » C’est juste bon pour l’âme.

STAY HYDRATED 

https://www.cchesnutt.com

 

 

Leave a Reply