Home > R&B/Soul > Cody ChesnuTT Part 1

Conversation & Chill à La Maison Sonos avec Cody ChesnuTT pour la sortie de son nouvel album.Son expérience a de l’importance, ses mots ont une valeur. Il connait le pouvoir et la force de l’échange et c’est en discutant sur les raisons qui m’ont poussé à créer Da Water que l’on commence cette interview. On parle de dignité, de musique, d’amour, de Hip-Hop et de l’Afrique… Cody a une vision, des valeurs, une éthique.

 Il est de retour avec son nouvel album : My Love Divine Degree et une volonté: celle de continuer de parler de la condition humaine à travers le prisme de l’amour. C’est ce qui donne le ton de son album « Utiliser un morceau, pour gagner le cœur des hommes et des femmes et les emmener à être meilleurs et trouver une façon de connecter les gens entre eux« . Pour cet album il a collaboré avec Anthony Khan » The Twilite Tone », ex DJ de Common. Il fallait en savoir plus sur cette collaboration.

«Avec Anthony Khan, on s’est rencontré dans le Wisconsin lors d’une session studio avec Kanye. Comme lui,il est originaire de Chicago, Common était présent aussi. Il y avait différents artistes dans chaque pièce et Anthony et moi étions dans l’une d’elle. On s’est rendu compte qu’il y avait une bonne entente entre nous les 2,3 jours où nous y étions et on s’est dit qu’il fallait se revoir et construire quelque chose. Je suis partie à NYC pour écouter ses morceaux et là-bas on a réalisé que l’on pouvait produire des sons ensembles et c’est là que je lui ai annoncé que j’avais un nouveau projet. »

La 2e étape, consistait à revoir Antony Khan en Floride lorsque Cody avait quasi terminé la production de son album avec l’envie de rajouter quelque chose. Ils ont aussi travaillé dans le studio de Raphael Saadiq qui est d’ailleurs présent sur ce titre. «Ce que j’ai appris en travaillant avec Tone, ce sont les nuances qui font le groove. C’est un DJ, donc il fait toujours attention à ce qui fait bouger les gens. » Anthony Khan se démarque aussi par son travail avec Kanye (titre qu’il a co-écrit), Pusha T (titre qu’il a composé)…

Cody, quelle est ta relation avec le Hip-Hop aujourd’hui ?

« Ma relation avec le Hip-hop est toujours intacte.Oui, au bout du compte, je suis toujours connecté à cette musique. Il peut y avoir une dissonance en terme de message ou d’état d’esprit mais en terme de : vouloir s’exprimer à travers le rythme, la poésie, je suis toujours connecté à ça. Je suis un ainé dans la musique, j’aimerai que les choses évoluent avec plus de substance dans le contenu, parce que ce style est si puissant, si influant et mondial. J’aimerai offrir ce conseil à n’importe quel artiste: soit conscient du contenu que tu offres à l’univers. »

Cody fait ENORMEMENT de choses seules. On ne lui connait pas beaucoup de featuring et de collaborations en dehors des gens avec qui il travaille en studio. Sa musique, c’est avant tout son bébé. C’est sa vérité qu’il raconte et il choisit de la partager, uniquement lorsque ses idées sont posées et que tout est clair dans sa tête.

« Au fond de moi, je suis un individu très solitaire et j’ai toujours ressenti ça étant enfant.J’adore être entouré mais je me suis toujours senti en paix en étant seul et je me suis toujours dit que j’avais une perspective unique. Je vois et je ressens le monde comme personne. Je me rappelle en avoir parlé à ma mère quand j’avais 9 ans en lui disant «Tu n’as jamais eu l’impression d’être la seule personne dans la pièce?» C’est quelque chose dont j’ai conscience depuis longtemps. Aujourd’hui, je comprends qu’en tant qu’artiste, il s’agit de ma façon d’être, de faire et de voir le monde. Le processus d’écriture est très personnel.C’est une conversation honnête avec moi-même mais qui va faire écho dans les esprits. » 

Ayant grandi dans une famille de musiciens. Cody a toujours été entouré de musique et de tous les genres, allant de la Pop au Classique… Il faut connaître L’ALBUM qui t’as touché en plein cœur ?

« L’album qui m’a vraiment montré que tout était possible musicalement c’est OFF THE WALL, vers l’âge de 10 ou 11 ans. Ma découverte personnelle, s’est faite sur cet album. MJ est un phénomène, je pense que sa musique et la façon dont elle me parlait à l’âge de 10 ans va faire encore effets aux enfants dans 10 ans pour le reste de l’éternité (rires). Ce n’est pas que la musique, c’était le look, les chaussettes blanches, la pochette. Je la regardais et je me disais «C’est un super héros, quelqu’un de l’espace.» Cet album m’a fait écouter plus en profondeur et m’a fait faire attention aux paroles, crédits…Tout ça contribue à ma 1ère introduction de l’écoute intégrale d’un album. »  

Beaucoup d’artistes nous disent que leur première découverte musicale leur a aussi permis d’avoir une autre vision de ce qui était possible pour les Noirs, qu’en penses-tu ?

« Oui, c’est au-delà de ce que tu peux mesurer, au-dessus des confinements de la société. Ce qui est possible pour nous? Tu peux le découvrir part toi-même, personne n’a besoin de te dire, mais il y a quelque chose avec la musique qui te montre que l’univers est plus grand. MJ m’a fait cet effet -là. »

Cody est incroyable en live. Il sert les mains des gens, se mêle à la foule, nous fait chanter les adlibs et les chœurs. Cette communion live est un moment à voir car il offre une pleine expérience de ce qu’est le partage avec un artiste. Il fait même partie de ces artistes qui en live sont encore mieux qu’en studio. SHE RAN AWAY est l’un de mes sons favoris sur cet album, alors d’où vient ce morceau ?

« Ce titre est inspiré d’une conversation avec une femme noire que j’ai rencontré. On parlait des vrais problèmes de la vie et la vérité est devenue trop dure à digérer pour elle. Il arrive qu’en tant qu’être humain, on fuit notre vérité personnelle. J’ai voulu lui montrer que c’est ça le but d’avoir une relation qui a du sens avec quelqu’un.Que quelqu’un soit honnête avec toi sur les choses de la vie. Après cet échange, elle s’est un peu désengagée et a pensé aux ajustements qu’elle devait faire dans sa vie. Je voulais parler de ce moment et mettre en lumière l’importance d’avoir une conversation honnête entre un homme et une femme. Plus que jamais, les hommes et les femmes, dans leur relation sont en pleine transition et changent. Comme d’habitude notre manière de converser, de communiquer déterminent la qualité de la relation et cette chanson traite de ça. »

« En terme de production, j’avais l’idée de base de ce que serait le morceau, puis avec Anthony KHAN nous avons travaillé sur les basses à LA. Etant DJ c’est lui qui a rajouté ce groove sur le morceau. Il a géré la batterie et dans la 2e partie du morceau, il a ramené un artiste au clavier et il a produit cette section. À la fin du morceau quand on entend Ethiopia, Érythréa, il a produit toutes la section avec les batteries. Au départ, j’avais juste la voix et la guitare. »

Cody plus qu’un artiste est aussi un messager en mission pour la paix.

Comment la situation mondiale impacte ta musique ?

« Le titre: Bullet In The Streets And Blood, est dans un premier temps inspiré par la situation à Chicago mais aussi de ce qui se passe partout dans le monde. »

« Avec la musique, j’essaye d’être le plus pur possible et le plus percutant car il y a tellement de conversations autour de ces problèmes. On sait que la musique est cet agent, qui peut tout traverser et toucher le cœur. À nouveau, c’est ce que j’essaye de faire quand je dis je suis en mission. J’utilise la musique maintenant comme un agent guérisseur, qui élève, mets en lumière, transforme… J’ai envie de faire partie de tout ce que permet la musique. »

 Cody le guérisseur ?

« La musique est le guérisseur on est juste le navire. Avec tout ce qui se passe dans le monde, le chaos, je pense que c’est l’outil, l’instrument le plus puissant que l’on puisse avoir. Cela dépasse les philosophies, les idéologies, ta position politique et te touche en plein cœur. C’est ce que je veux faire avec le don que j’ai aujourd’hui. C’est la chose la plus importante, car les générations qui arrivent après nous vont devoir avoir un exemple, de ce qui est positif et possible.On ne peut pas continuer de répéter le même procédé destructeur. En tant que père, je suis bien évidemment concerné comme tout le monde par ce qui se passe. Je veux juste un environnement plus sain. Les êtres humains sont le produit de leur environnement. Qui veut vivre dans la peur, être inquiet à cause de ce qui va se passer quand tu vas quitter le pas de ta porte, penser que tu peux perdre la vie ? Personne ne veut ça, qui que tu sois quelle que soit ta classe sociale, personne ne veut ça. C’est ce qu’est la mission pour moi, de vous toucher de toutes les manières que je le peux. »

Cody et l’Afrique, ce qu’il pense du mot N**** et son amour pour la Soul. À suivre dans la Part 2…

STAY HYDRATED

https://www.cchesnutt.com

You may also like
Jerome Thomas
TIANA MAJOR9
Dayo Bello
RENDS-MOI MA B.O PART 1

Leave a Reply