Home > Hip-Hop > ADD-2, au coeur de Chicago

ADD-2, au coeur de Chicago

Je pourrais parler des heures de ADD-2, signé sur le label Jamla records (label de 9th wonder). Je l’ai découvert avec sa mixtape « Save Our Souls » en 2012.. et c’est l’un de mes artistes favoris. J’aime beaucoup de choses dans le rap et s’il y a une chose que j’apprécie au-delà de tout c’est la sincérité. C’est un sentiment qui se retrouve à l’écoute des morceaux et de l’homme qu’est Andre DiJuan Daniels aka Add-2. Il fallait absolument que j’échange avec lui sur son amour pour la musique, Chicago (ville dont il est originaire) et surtout que je vous fasse découvrir cet artiste.

LE PORTRAIT

Quel est ton premier souvenir musical et comment as-tu eu cette passion?

Mon plus jeune souvenir remonte aux souvenirs de mes parents écoutant de la musique les samedis matins pendant qu’ils nettoyaient la maison. Je me souviens que mes premiers morceaux favoris étaient: Cece Peniston  » Finally » et Kris Kross « Jump ». Je crois que c’était en 92 et j’avais 6 ans. Je me rappelle avoir eu envie de rapper en voyant Kris Kross le faire. Plus tard, je suis tombé amoureux de l’art de rimer quand j’étais au lycée. Rapper m’a donné une voix, c’était aussi un challenge et j’ai eu le sentiment que c’était l’une des seules choses que je pouvais entièrement dompter. Un parcours sans fin pour m’améliorer tout en me donnant un exécutoire pour m’exprimer.

J’ai lu que tu gardais toujours toutes les rimes. Amour des mots et passionné, est-ce que tu peux nous en dire plus à ce sujet ?

Oui, c’est vrai. C’est une habitude que j’ai crée partiellement parce que j’ai une tendance à stocker les choses qui ont une valeur sentimentale et mes rimes sont l’une des choses que j’ai de plus chers. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, j’ai gardé pratiquement tout. Concernant mon processus d’écriture, j’essaye d’avoir de savoir quelle histoire ou quelle sensation l’instru essaye de transmettre. Est-ce que c’est profond? Est-ce que c’est agressif? Est-ce que c’est plus lent? Douloureux? J’analyse le beat pendant un moment, et dès que je le sens, j’écris sans m’arrêter. Des idées, 2 lignes, un couplet entier … jusqu’à temps que je trouve la direction exacte dans laquelle je veux aller. Quand je me retrouve bloqué, je me vide la tête en écoutant des choses qui m’inspirent. Certaines fois c’est du jazz, d’autres fois du bon Hip-Hop, des battles de rap, du r&b ou je regarde des documentaires. J’essaye de ne pas perdre la sensation recherchée et si elle s’en va, je suis cool avec ça et j’attends que ça me reprenne.

En tant que MC, prof, orateur…Quelle est la chose la plus importante pour toi à transmettre à la jeunesse?

La chose la plus importante pour moi est le temps et ce que tu choisis d’en faire. Tu peux perdre de l’argent, de l’essence, mais jamais perdre ton temps. « Fais tout ce que tu as à faire pendant qu’il est encore temps. S’il y a quelque chose que tu souhaites accomplir, prends le temps de t’améliorer et fais le. »On est jamais sûr d’être là demain, ni même ce soir, alors il faut explorer le monde tant que tu peux , car il arrivera un jour où ta vision du monde sera sous terre.

Tu peux uniquement choisir 3 vinyles chez ton disquaire, lesquels choisis-tu?

Kanye west – College Dropout parce qu’il traite de beaucoup de choses que j’aime dans le Hip-Hop et c’est l’un de mes albums favoris.

Teedra Moses  – Complex simplicity parce qu’il est très bien écrit et que je peux l’écouter du début jusqu’à la fin

Jay-z Reasonable Doubt parce que lyriquement c’est l’album qui m’a donné envie de rapper de cette manière.

Chicago est une ville qui fait souvent l’actu et pas toujours d’une manière positive, peux-tu nous en dire plus sur la vie là-bas?

Je trouve ça dommage que les gens voient Chicago sous un mauvais jour et je pense aussi que beaucoup de choses sont exagérées. Il y a de mauvaises choses,mais je pense aussi que dans toutes les grandes villes ont un élement négatif. Comme dans toutes les villes, il y a des endroits où tu peux aller et d’autres dans lesquelles il faut être prudent quand tu y vas. La meilleure manière de le résumer serait :  ne viens pas pour chercher des problèmes. Le plus triste et que celà a toujours été comme ça. Il y a toujours eu des meurtres, des tirs, de la violence, des gangs, de la drogue et des policiers corrompus. C’est juste plus médiatisé en ce moment.

Le côté positif, c’est qu’il y a énormément de gens qui font des choses pour faire bouger la ville. De Chance The Rapper ( qui fait des open mics pour aider les jeunes  à sortir de la rue) à Kévin Coval qui aide les open mics de Young Chicago Authors & Louder Than A Bomb  à grandir et se développer, l’incroyable Diane Latiker qui s’occupe de “Kids Off The Block” un organisme qui aide les jeunes. Il y a énormément de gens qui aident et donnent de l’amour dans la communauté qui mérite un peu plus de lumière plutôt que de la violence.

Peux-tu nous en dire plus sur le processus créatif chez Jamla Records et quels sont tes prochains projets?

Comparé à mes débuts, le processus à énormément changé en étant signé chez Jamla. Nous sommes tombés d’accord sur beaucoup de choses tels que : la tracklist, la mise en oeuvre des projets, les campagnes, le branding, à quel moment et si un son doit sortir entre autres .. J’apprends encore à partager les responsabilités, grandir en tant qu’artiste et surtout apprendre de toutes les expériences qui me sont offertes. 

À CONSOMMER : Car CHICAGO nous donne toujours des artistes authentiques !

Credit photo – Photography by Domi V

http://add2music.com/

 

You may also like
RAPSODY Part 2
Brian Brown, le rappeur aux bonnes vibes
LES CHRONIQUES DE CHICAGO PAR MATT MUSE
THE DOMINO EFFECT

Leave a Reply